Archives du mot-clé Grisvert

Reportage télé sur le forum de la RMBMU

Belle surprise ce matin que de voir un reportage télé dans lequel on parle du forum de mobilisation de la Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka que j’ai animé en juin dernier à Baie-Comeau (photos ici).

L’équipe de Biosphère télé a fait un bon travail et on sent bien l’esprit de l’événement dans le reportage.

On y voit plusieurs images du forum, qui a duré 2 jours, de belles interventions des participants qui parlent de dialogue, de visions et d’action, et très peu d’images de moi en train d’animer, ce qui est très bien. Je sens que j’ai bien joué mon rôle de facilitateur: «totalement présent, presque invisible»!

Le reportage sur Terre TV.

Trois ans plus tard…

Cela fait trois ans aujourd’hui que j’ai quitté Opossum. En relisant ce que j’avais écrit en me lançant dans l’inconnu, j’ose dire que je suis fier du chemin parcouru! Ça a demandé beaucoup de travail, j’ai souvent douté, mais j’ai persévéré et aujourd’hui, j’ai la profonde conviction de m’être engagé sur la bonne voie! Grisvert est encore jeune, nous avançons avec ce projet à une vitesse que nous n’aurions jamais pu prévoir et le futur qui se laisse deviner est rempli d’incroyables — et fascinants — défis.

Merci à ceux et celles qui m’ont accompagné sur le chemin. Votre présence est inestimable.

Ne marche pas devant moi, je ne te suivrai peut-être pas.
Ne marche pas derrière moi, je ne te guiderai peut-être pas.
Marche à côté de moi et sois simplement mon ami. — Albert Camus

Quelques notes au sujet des consultations publiques

J’ai pris l’habitude, au cours des dernières années, de publier ici des réflexions assez complètes et documentées. Le succès que nous avons avec Grisvert fait en sorte que j’ai de moins en moins de temps à consacrer à la rédaction. Ça ne veut pas dire que je ne lis plus et que je ne réfléchis plus… bien au contraire! Je vais donc me forcer pour publier des textes sur mes réflexions et idées en construction. Ou encore laisser des traces des éléments de théorie qui me sont utiles. On verra bien ce que ça donnera! Je commence tout de suite avec quelques réflexions sur les consultations publiques. Et je le fais rapidement!

Depuis quelques mois, il y a une épidémie de consultations publiques à la ville de Québec. Que ce soit pour le manège militaire, la mobilité durable, la densification de la colline parlementaire ou le plan d’urbanisme, on organise des consultations publiques.

Ce que j’observe, c’est que ces consultations ne font que contribuer à la polarisation du débat. Pourquoi? Selon moi, c’est parce que ce ne sont que des simulacres de consultations publiques. Dans une consultation publique, les enjeux ne devraient pas être connus dès le départ. Oui, les leaders ont quelque chose à proposer, mais l’issue de la consultation devrait être ouverte. Dans le cadre des consultations récentes, l’administration municipale me semblait avoir une très nette idée de l’issue dès le début du processus. Pour moi, ces paroles du maire Labeaume au sujet de la consultation publique sur l’avenir du Manège militaire sont très révélatrices:

«On va rester spectateur, a-t-il dit, parce qu’on sait qu’à la fin ça va prendre un facilitateur pour mettre peut-être deux ou trois groupes ensemble. Tous les projets sont un petit peu imparfaits, mais si on en met deux ou trois ensemble, on va faire un projet qui quant à moi et quant à la Ville de Québec serait le projet qu’on espère.» Source: Consultation sur l’avenir du Manège: la Ville restera spectatrice (Cyberpresse).

Continuer la lecture de Quelques notes au sujet des consultations publiques 

Du sang neuf pour nous inspirer

Je fais de plus en plus appel au Forum ouvert dans mes design d’événements. Un client avec qui je travaille présentement fait preuve d’audace en acceptant de ne pas contrôler qui seront les personnes présentes à un atelier de réflexion et d’action de deux jours. Les signataires d’une entente et les membres d’une table de concertation sont invités à participer à la rencontre. Voici un extrait de l’invitation qui a été lancée aux gens que l’on souhaite voir participer à l’événement:

«Nous suggérons à chaque organisation membre d’inviter une personne qui pourra contribuer à enrichir les échanges et participer activement au succès de l’événement. Que ce soit votre neveu, votre voisine ou la présidente d’une multinationale, tant que vous jugez que cette personne a quelque chose à offrir (expérience, vision, perspective, idées…), elle sera la bienvenue. N’ayez pas peur de nous surprendre!»

C’est ce qu’on appelle faire confiance aux gens que l’on invite… et aussi inviter un peu de chaos à animer les échanges qui auront lieu! Je suis convaincu que nous en sortirons tous gagnants.

Les deux principales techniques qui seront mises à profit lors de cette rencontre de deux jours sont le Forum ouvert et la démarche appréciative.

FORUM OUVERT (Open Space Technology)

Le Forum ouvert est une méthode qui permet d’organiser et d’animer des rencontres lors desquelles tous les participants sont invités à jouer un rôle. Le Forum ouvert repose sur des principes et des valeurs qui favorisent l’innovation, la résolution de problèmes, la créativité, le travail d’équipe et l’action éclairée. Lors d’un forum ouvert, les participants prennent la responsabilité de traiter des sujets qui les touchent et les passionnent afin d’identifier des enjeux critiques et d’imaginer des solutions qui auront le pouvoir de mobiliser les parties prenantes.

DÉMARCHE APPRÉCIATIVE (Appreciative Inquiry)

La démarche appréciative est une méthode de développement organisationnel basée sur plus de 20 années de recherche-action. Elle permet d’accompagner un groupe dans l’identification et la compréhension des forces vives d’une structure ou d’une organisation
et de les mettre à profit pour imaginer le futur et s’engager dans sa concrétisation.

Fin du silence et retour sur le forum économique

Ouf! Déjà plus d’un mois que je n’ai rien écrit ici. Je vais essayer d’être plus régulier à l’avenir, mais comme le temps me manque, je serai aussi plus bref!

On me demande régulièrement des nouvelles du forum économique Affaires Vision 2025 qui a eu lieu le 6 mai dernier. Je souhaitais décrire plus en détails le programme de l’événement et en expliquer les principaux éléments, mais il est maintenant évident que je n’en ai ni le temps, ni l’énergie!

Je ferai donc ça court: ce fut un succès! Tout a fonctionné encore mieux que je pouvais l’espérer et les promoteurs de l’événement (les 3 chambres de commerce régionales) ont été emballés par la journée. Les commentaires des participants me laissent aussi croire que l’événement a, comme j’en avais fait le souhait en ouverture de l’événement, eu comme effet de générer de l’énergie plutôt que d’en consommer.

L’utilisation des microconférences le matin et du café de conversations pour le reste de la journée a permis d’accomplir un défi de taille: créer et prioriser un plan d’action en direct, avec un groupe de près de 200 personnes. Je pense que les gens présents on put voir en quoi un bon design d’événement et des techniques d’animation puissantes peuvent contribuer au succès d’un événement. Et surtout vivre une journée lors de laquelle on passe par les trois étapes essentielles d’une démarche de collaboration: la divergence, l’émergence et la convergence.

Quelques mots sur les deux principales techniques d’animation utilisées.

Microconférences

Chaque présentateur a carte blanche, au détail près qu’il est autorisé à montrer 20 diapositives qui se succèdent automatiquement toutes les 20 secondes, lui conférant en tout 6 minutes 40 secondes d’attention de l’auditoire avant que le prochain participant ne prenne sa place. Ce système de présentations concis permet une égalité d’attention, de garder le rythme et de tenir le public en haleine. Dans le cadre de cet événement, 12 visionnaires ont présenté un microconférence.

Cafés de conversations (World Café)

Le Café de conversations est une méthode d’animation qui permet de susciter des conversations vivantes et de stimuler le partage de connaissances et d’idées. Ce processus reproduit l’ambiance d’un café dans lequel les participants discutent d’une question ou d’un sujet en petits groupes autour d’une table. À intervalles réguliers, les participants changent de table. Un hôte reste à la table et résume la conversation précédente aux nouveaux arrivés. Les conversations en cours sont alors enrichies avec les idées issues des conversations précédentes avec les autres participants. Au terme du processus, les principales idées sont résumées au cours d’une assemblée plénière qui permet de rendre visible ce qu’ont en commun les participants.

Philippe Dancause a fait un bon compte-rendu de l’événement ici: Faire autrement… à la chambre de commerce.

Clément Laberge, un des visionnaires, a lui aussi écrit quelques mots à la suite du forum: Québec Affaires Vision 2025.

Le numéro d’été 2009 du magazine de la Chambre de commerce de Québec, Capital-Québec, consacre un bel article à l’événement. Une version PDF peut être téléchargée ici: Capital-Québec.

En terminant, voici quelques photos.

Signaux honnêtes: l’importance de la rencontre pour soutenir l’innovation

Alex Pentland est professeur et directeur du Human Dynamics Lab au Media Lab du MIT. Il est l’auteur du livre Honest Signals: How They Shape Our World, paru en 2008. Ses études portent principalement sur les signaux qu’échangent les humains dans le cadre de leurs interactions. Il équipe des groupes (le plus souvent des équipes de travail) avec des sociomètres — de petits senseurs qui mesurent la fréquence et la proximité des interactions interpersonnelles.

Les résultats de ses recherches sont fascinants: les équipes les plus créatives et les plus innovantes se caractérisent par une oscillation continue entre des moments de recherche d’informations menés individuellement et d’autres moments lors desquels les gens se rencontrent dans le même lieu physique. Les communautés virtuelles, les wikis et autres outils de collaboration numérique peuvent être utiles, mais c’est réellement l’interaction «entre quatre yeux» qui joue le rôle le plus important pour stimuler la créativité et l’innovation au sein d’un groupe. La séquence vidéo qui suit constitue une bonne introduction aux travaux d’Alex Pentland. Un bref extrait pour se mettre en appétit (la vidéo est en anglais, j’adapte librement en français):

— Que pouvez-vous nous dire à propos du rôle de l’intelligence collective dans le processus créatif?

— Quand nous étudions les organisations les plus créatives, il nous est possible de dégager certaines caractéristiques communes. On peut dégager deux phases dans leur processus créatif: la première en est une de recherche d’informations, lors de laquelle les membres de l’équipe travaillent individuellement; la seconde en est une de rencontre en «face-à-face», lors de laquelle l’information est intégrée, partagée.

La rencontre en «face-à-face» est un mode de communication dont la bande passante est très grande et qui est chargé de signaux inconscients. Ce sont ces signaux inconscients qui transmettent de l’information au sujet du niveau d’intérêt de l’interlocuteur, de son empathie, de sa confiance, de son niveau d’expertise. Ces signaux inconscients ne se communiquent pas sur un wiki ou sur d’autres médias plus abstraits.

Les résultats des recherches d’Alex Pentland vont dans le même sens que ce que Philippe et moi sentons de plus en plus dans le cadre de nos interventions: la technologie est un outil fabuleux pour amorcer, consigner, récolter et amplifier le travail d’un groupe, mais sans rencontre physique, dans un lieu accueillant et animé, il est extrêmement difficile de créer et de soutenir des collaborations qui mènent à des innovations. J’évoquais déjà l’an dernier, dans une conférence sur la collaboration en ligne, l’importance d’ancrer les démarches de collaboration dans le réel. Maintenant que je le fais dans le cadre de mon travail et que j’en sens les résultats, j’en suis totalement convaincu! Et quand des résultats de recherche viennent soutenir mes observations de praticien, je ne puis que me réjouir!

Il est possible d’en apprendre plus sur les travaux de Pentland dans cet article paru dans le Harvard Business Review: How Social Networks Network Best (on y fait aussi d’intéressantes analogies avec le fonctionnement d’une colonie d’abeilles).

Information portée à mon attention par Anecdote: Honest Signals.