Carnet de route 5 / l’ombre et la lumière!

Le jour 2 démarre dans le cercle et se poursuit par une visite d’un espace de coworking démarré par d’anciens teampreneurs. Il y a une salle de dialogue dans leur espace et on y prend place. Ça se gâte un peu quand le gars qui nous accueille amorce une présentation qui durera près d’une heure. Il n’y avait rien de très impressionnant dans ce qui nous était présenté et j’ai rapidement dérivé vers mon carnet de notes. J’étais en plein « groan zone », essayant de réconcilier de que je voyais de positif dans le projet Team Academy (TA) et les faiblesses que je sentais. Quelques questions ont émergé mes gribouillages :

  • Comment peut-on décrire les effets qu’ont les teampreneurs une fois sortis de TA? Effets sur leur communauté, sur la ville de Jyvaskyla, sur la Finlande, sur le Monde?
  • Vous souhaitez faire de TA un leader mondial en matière de formation d’entrepreneurs. Vous le faites pour générer de la valeur pour TA ou pour générer de la valeur pour l’humanité? (projet centré sur l’organisation ou projet plus grand que l’organisation elle-même?)
  • Au delà d’un ensemble intéressant de principes, d’une culture de dialogue et d’une approche de coaching, qu’est-ce que TA est de plus?
  • Où réside le coeur de TA?

Retour à TA pour le lunch habité par ces questions et là, à ma table, tout le monde est dans cette étape de la vie d’une démarche de groupe où l’on cherche à voir émerger un sens nouveau, mais que ça n’y est pas encore. C’est, dans le vocabulaire des processus de collaboration, ce que l’on appelle le «groan zone». Il faut passer par là pour qu’il y ait émergence de quelque chose de nouveau. Mais là, on est en plein dedans et on parle des faiblesses et des écueils du modèle TA! Ça bitche fort comme on dit par ici!

Avant d’aller plus loin, j’aimerais partager quelques éléments du modèle TA qui permettent de mieux comprendre les fondations de ce projet.

Les 10 lignes directrices des teampreneurs:

  1. Prenez l’initiative, cherchez les instructions.
  2. Apprenez à gérer le chaos. C’est la première étape de votre processus créatif.
  3. Vous avez le droit de faire des erreurs. Vous pouvez en tirer des apprentissages.
  4. Focalisez votre énergie sur les solutions. Ne vous attardez pas sur les problèmes.
  5. Faites de votre mieux et donnez-vous des objectifs ambitieux.
  6. Voyez des opportunités, pas des obstacles.
  7. Osez expérimenter et soyez vous-mêmes.
  8. Souriez, ayez du plaisir et participez.
  9. Soyez humbles et recréez vos succès encore et encore.
  10. Respectez les autres et tirez profit de l’expérience qui existe au sein de Team Academy, comme ça vous ne réinventerez pas la roue.

Lea valeurs de Team Academy:

  1. Créer et maintenir des relations et des partenariats (c’est la base des relations d’affaires et de notre vie sociale en tant qu’humains).
  2. Team entrepreneurship (c’est par le coaching et la coopération que l’on construit notre travail. Il y a de la puissance dans les réseaux).
  3. Continuelle expérimentation et création de nouveauté (briser les barrières, repousser les limites, faire preuve d’audace, saisir les opportunités sans causer de préjudice).
  4. Apprendre dans l’action (prendre la responsabilité de ses actions et de son équipe, l’action parle d’elle-même!).
  5. Voyages et vision internationale (il faut aller loin pour voir ce qui est près de nous, il faut voyager pour s’inspirer de nouveaux modèles).

Il y a donc une base solide au projet TA. Ce n’est pas ça qui nous chicotait!

Après le lunch, on nous annonce que c’est l’heure du birth giving. Nous avons une heure pour faire naître quelque chose. Et nous aurons à le présenter à des teampreneurs et des coachs. C’est la seule règle que l’on nous donne! Oh! Serait-ce l’heure de la convergence? On dirait bien que oui!

Le groupe se dirige vers un grand espace dégagé au centre de TA et là c’est le chaos! Plusieurs des membres du groupe n’ont pas l’habitude de fonctionner sans règles ni livrable! Sans trop m’en apercevoir, je me retrouve devant un tableau blanc, un marqueur à la main, les regards braqués sur moi et quelqu’un qui dit « Jean-Sébastien, qu’est-ce qu’on fait? ».

Je plonge et invite ceux et celles qui ont envie de proposer quelque chose (une idée, un projet, une question) à le faire. Quelques questions fusent : « mais c’est quoi les règles? Qu’est-ce qu’on doit faire? Et si on ne fait pas ça comme il faut? » Je les rassure : on ne nous a pas donné de règles, à nous d’en inventer! Allez, on arrête de se poser des questions et on fait un pas en avant!

Trois personnes proposent des thèmes et des équipes se forment. On se donne rendez-vous 45 minutes plus tard pour partager nos présentations.

C’est parti! Ça bourdonne! Il y a fusion de deux équipes et du va-et-vient entre les deux. On fignole un petit spectacle et on fait un lien entre les présentations des deux équipes. Il y a un orgue dans un coin. Patrick arrive et s’y assoit. Je lui demande s’il sait jouer de la musique de hockey et on prépare notre ouverture.

Les curieux se rassemblent pour voir le résultat de notre birth giving. Comme les Finlandais sont de grands amateurs de hockey, on leur part ça avec une atmosphère «soirée du hockey» et on fait la vague. Les Français ont mis un peu de temps à comprendre le concept de la vague et c’était bien drôle. Ensuite les deux équipes partagent le résultat de leur birth giving. Tous sont énergisés par cette exploration chaotique et la belle convergence qui en est issue. Nous sommes en grande partie réconciliés avec le modèle et l’esprit TA. La magie a opéré! Nous terminons avec un cercle de fermeture. La boucle est bouclée. L’expérience est positive.

Avant de quitter, une des coach vient me voir et me demande si je connais l’Art of Hosting. Tiens tiens! Je lui réponds que c’est la base méthodologique de mon travail. Elle me dit que quelques-un d’entre-eux ont participé à des ateliers d’AOH et qu’ils souhaitent s’en inspirer pour l’évolution du modèle TA.

En soirée, nous sommes accueillis par les gars de Monkey Business. Leur espace de travail est situé dans un ancien complexe industriel qui a été rénové pour y accueillir des entreprises. Les propriétaires de la cafétéria du complexe nous ont concocté un menu local pour l’occasion : poisson fumé, médaillons de renne, champignons sauvages et crumble aux bleuets. C’est un régal. Et je ne m’attendais pas à manger du caribou!

Après le souper, nous nous dirigeons vers le bureau de Monkey business. Un espace accueillant, avec un cercle de dialogue et un sauna. Oui oui! Un sauna. Les gars nous ont raconté que lorsqu’ils cherchaient un espace, ils ont vu une annonce pour un bureau avec un sauna. C’est ce qui les a attirés là! Le sauna est au coeur de la vie des Finlandais. Il y en a partout et souvent, les rencontres d’affaires se terminent au sauna.

On prend quelques bières et on jase de modèles d’affaires, de structures d’actionnariat, de stratégies de facturation et de bonification. Monkey Business ressemble à Grisvert et Imfusio et c’était super de partager avec des pairs qui développent leur entreprise dans des pays différents.

Les filles sont passées au sauna en premier. Là c’était à la finlandaise : sans maillot, très chaud et avec de l’eau sur les roches. Au Québec, les saunas sont presque toujours secs. En Finlande, ils ont leur petite chaudière d’eau et ils aspergent les roches régulièrement. C’était comme dans les tentes de sudation des amérindiens : très chaud et avec des bouffées d’humidité. Super!

Nous sommes donc montés au sauna (photo ci-contre) après les filles pour une discussion de gars!

La soirée aurait pu durer encore des heures, mais il fallait retourner à nos hôtels! Le birth giving avait scellé les liens entre les membres du groupe et nous avait énergisés. Une chance qu’il y a eu cette étape de convergence sinon nous serions sortis de l’aventure avec un bien moins bon goût dans la bouche!

Tiens! Je vois sur le blogue des Monkey Business qu’ils parlaient de nous – et de mon blogue –  avant notre visite.

C’est donc la fin de l’étape Team Academy du voyage. Retour vers Paris le lendemain.

Une réflexion au sujet de « Carnet de route 5 / l’ombre et la lumière! »

  1. Merci Jean-Sébastien pour cette récolte riche, détaillée et vivante. J’ai l’impression d’avoir vécu l’expérience..Sympathique et moins froid!

Les commentaires sont fermés.