Carnet de route 3 / Québec à Jyvaskyla

Deuxième essai! Cette fois-ci, j’avais décidé de la « jouer safe ». Je quittais Québec à 13 h 30. Nous avons donc pu aller jouer dehors le matin avec les enfants et je me suis envolé vers Montréal à l’heure prévue. Les quelques heures à Montréal m’ont permis de prendre un peu d’avance pour le boulot. J’aime bien voyager seul dans les aéroports. Pour moi, c’est relax. C’est fou toutefois de sentir le stress, l’impatience et l’angoisse de nombreuses personnes. S’il y a un endroit où l’on n’a aucun contrôle sur ce qui se passe à l’extérieur de nous, c’est bien à l’aéroport et dans un avion.

Le vol vers Paris s’est passé sans douleur! À part peut-être le bout où le gars se coupe le bras dans le film 127 hours!

À Paris, je prenais un vol vers Helsinki quelques heures après mon arrivée. J’en ai profité pour aller faire un petit tour dehors. Même si c’était le genre de temps qui fait rager les Parisiens (nuageux, humide, environ 7 degrés), moi je me sentais en plein printemps! Surtout que je m’en allais en Finlande et que l’on y prévoyait un froid glacial pour les prochaines journées.

Nathalie dans la neige à Jyvaskyla

Nathalie Nowak, la cofondatrice d’Imfusio venait me rejoindre à l’aéroport. Elle avait décidé de faire partie de la learning expédition quand je lui en avais parlé en décembre dernier. Nous nous connaissons depuis un an environ. Imfusio ressemble beaucoup à Grisvert et nous faisons parfois des apéros transatlantiques sur Skype pour partager sur nos réalités, nos défis et nos joies! J’avais hâte de rencontrer Nathalie. Nous ne nous étions jamais rencontrés « pour de vrai ». Phil était allé leur faire un petit coucou à Paris le printemps dernier.

Dès nos premières minutes ensemble, c’était comme si on se connaissait depuis longtemps. Une relation de pair à pair. Deux alter ego. Vraiment, c’était super! En fait, c’était un peu comme avec Phil ou Étienne sauf que Nath est une fille alors c’est encore plus agréable!

Vol de 4 heures vers Helsinki et ensuite saut de grenouille de 45 minutes vers Jyvaskyla. C’est un peu fou de voyager pendant 24 heures et d’arriver à destination dans un décor semblable à ce que l’on a à la maison. Des bancs de neige, des conifères et un froid glacial de -28°C! Un peu insultant même! Ils n’auraient pas pu la faire à Barcelone, Rome ou Buenos Aires, leur foutue école d’entrepreunariat!

Mais bon, nous y sommes, alors aussi bien en profiter! En arrivant à l’hôtel, Yves, Sam et Patrick buvaient une bière dans le hall. La délégation canadienne était réunie (les autres participants étaient dans un hôtel pas trop loin). Nous sommes ensuite allés rejoindre les autres membres de la learning expedition dans un resto du centre-ville. Jyvaskyla n’est pas une très grande ville. C’est une ville universitaire qui a environ la taille de Sherbrooke.

Le lendemain allait débuter la learning expedition.

Non mais, ils aiment ça les expressions en anglais les Français: learning expedition, get together, be there et tralala. Ça ne passerait jamais au Québec ça!