Le modèle Cynefin exliqué de manière simple

J’aime bien la manière dont les auteurs du modèle Cynefin représentent la complexité. Je suis toutefois moins attiré par la démarche d’accompagnement qui est derrière le modèle, préférant les approches théoriques et méthodologiques de Scharmer (Theory-U) et de la communauté de l’Art of Hosting.

Cette petite vidéo créée par les gens d’Anectote, présente très rapidement les quatre domaines de la complexité tels que vus sous la lentille du modèle Cynefin:

J’avais utilisé le modèle Cynefin dans ma première tentative d’expliquer les domaines de la complexité: Simple, compliqué, complexe, chaotique. J’avais par la suite abandonné la représentation à quatre branches du modèle Cynefin pour revenir à un modèle inspiré de Scharmer dans Rassembler pour collaborer. Il reste toutefois très utile de pouvoir compter sur des outils de vulgarisation comme la vidéo ci-haut pour aider les gens à comprendre que tout n’est pas toujours simple et que les experts ne peuvent pas toujours avoir la solution!

Je quitte pour Montréal dans quelques heures pour animer deux World Café dans le cadre du forum Le français, une langue pour tout et pour tous? Si vous êtes dans le coin et que vous avez envie de vivre une expérience d’animation différente (avec 250 personnes), je crois qu’il reste des places. Le formulaire d’inscription est ici. Ce soir, j’expérimente une variation du World Café qui est née d’une discussion entre Philippe et moi (je recopie ici l’explication que j’en avais donnée il y a quelques jours):

J’essaierai quelque chose de nouveau pour le café du vendredi. Il y aura d’abord un panel d’experts (Daniel Audet, Gérald Larose, Dominique Olivier, Marie-Thérèse Chicha, Thomas Mulcair et Michel Venne) qui répondront à la question «Comment le français peut-il être la langue de cohésion sociale au Québec?». Ensuite, les experts se joindront à des tables pour participer à deux rondes de café à titre d’observateurs silencieux (ils n’auront pas le droit de parler!). À la fin des deux rondes de discussions, j’animerai une plénière en demandant en particulier aux hôtes des tables où les experts ne sont pas passés de rendre compte des discussions. Enfin, les experts reviendront en panel pour partager leur expérience en répondant aux questions «qu’est-ce qui m’a le plus surpris?», «quelle nouvelle question je me pose à la suite de ce café?».

Mon intention pour cette animation est d’introduire un élément participatif dans un panel d’experts et de faire «descendre» les experts dans la salle pour écouter ce que les participants ont à dire. Les questions qui seront posées aux experts à la suite de la discussion de café ont pour but de «révéler» l’apport des participants à l’évolution de la pensée des experts.

J’ai bien hâte de voir ce que ça va donner! En plus, c’est ma première animation pour l’Institut du Nouveau-Monde :-)

Vraiment, le travail que je me suis créé (avec Grisvert et la complicité de Phil et de plusieurs autres amis) contribue à nourrir la joie et la passion que j’ai à grandir, tant au niveau professionnel que personnel.

Bonne fin de semaine!